Pages

lundi 11 avril 2011

Interview éclair avec Zabou Breitman

Entre deux répétitions du lever de rideau des Molières 2011, au cours de cette période d'apnée dans le texte et le jeu qui précède la première et unique représentation de Jeux de scène, Zabou Breitman répond à une interview éclair :

Un premier souvenir de théâtre :

- Le mime Marceau

Le Mime Marceau



- Mes parents qui répètent en plein air un spectacle sur Jeanne d'Arc, dans lequel j'ai un petit petit rôle




Des rencontres importantes :

Après mes parents, leurs collègues ou amis, (Fernand Bellan, Robert Rollis, Jean-Claude Drouot, Fernand Basile), LA rencontre avec Roger Planchon, quand j'ai joué dans Dandin au TNP.

Roger Planchon


Les projets :

Le choix d’un projet, c'est plus un élan qu'un choix cérébral. C'est sous-tendu par un millier d'envies claires ou obscures, comme si le projet avait toujours existé, et devenait soudain vital.


Deux Molières

Une grande joie, un peu de fierté, la conscience de l'aléatoire de ce type de récompenses. Mais je n'ai pas gagné un 100 mètres !



Des textes forts

J'ai interprété Marie N'diaye et David Hare. Je n’ai pas adapté ni mis en scène leurs textes. C'est différent. Mais j'aime la puissance de ces écritures, la force humaine, la violence ou l'humour, l'humanité profonde qui s'en dégagent.


Le défi multiple du lever de rideau des Molières

- Jouer, d’autant plus dans une comédie délicieusement cruelle
- L'idée d'un double direct, sur scène et à la télévision
- La nature de la pièce « Jeux de scène » qui parle autant aux professionnels qu'au premier spectateur venu
- L’envie de légèreté, et d'un petit coup d'adrénaline...


Le travail sur Jeux de scène

On s'en donne à cœur joie avec Léa (Drucker) ! On se jette. La mise en scène devient de plus en plus visuelle. On verra avec le réalisateur comment faire passer certaines situations drôles sur le temps, l'apnée, le rythme. On y croit, et on y met beaucoup beaucoup d'énergie !

Léa Drucker et Zabou Breitman


Rendez-vous le 17 avril pour voir le résultat !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire